Ils ne pensaient pas construire une fusée, parler émotions, et confier leur stratégie à un étudiant. Et pourtant…

30.01.2018

create

Et si pour se projeter dans l’avenir, il fallait tout repenser ? Confier aux plus jeunes les décisions stratégiques des entreprises ?

Dès leur arrivée, les dirigeants ont ainsi découvert le concept de shadow comex : 20 entreprises (PME-PMI-start-up) ont accepté que des étudiants (emlyon business school, Centrale Lyon, Epitech, école 101) travaillent sur un de leurs sujets stratégiques à l’ordre du jour de leur comité exécutif. Avec un brief du chef d'entreprise concerné et le soutien d'un coach, plus de 140 étudiants ont disposé de toute la journée pour rédiger des propositions et pitcher leurs suggestions.

Cet événement, à l’initiative de Thierry Picq, Directeur early makers development à emlyon business school, était pour les dirigeants présents un formidable vivier d’idées nouvelles, audacieuses et disruptives dans lesquelles ils ont pu puiser. Les shadow comex ont tellement le vent en poupe qu’un nombre croissant d’entreprises nationales et internationales ont mis en place ce dispositif, permettant aux quinquas qui siègent dans les comités exécutifs de profiter du regard neuf de ces millenials.

Redonner le pouvoir aux employés

Après une succession de plénières sur la transformation numérique, l'expérience client, le développement des services, Vineet Nayar, ex-PDG indien du géant de l'informatique HCL Technologies, a provoqué le public avec son inspirant EMPLOYEES FIRST, CUSTOMERS SECOND. Remettre l'humain au coeur de la transformation, tel était son message aux dirigeants :"On définit une vision pour l’entreprise mais on oublie de définir une vision pour les employés. Sans ça, ils ne peuvent pas être motivés et fiers de leur entreprise."

Libérer sa créativité par le faire

Dans l'Espace Management DU FUTUR, les dirigeants sont venus se confronter à un casse-tête conçu dans le makers' lab d'emlyon business school.  Leur défi : monter en quelques minutes une fusée avec 5 pièces de bois. Apparemment une tâche simple mais qui peut s'avérer compliquée... Mobiliser toute sa concentration, travailler collectivement sur la résolution d'un problème, toucher la problématique du doigt... les participants ont pu retirer de multiples enseignements de cette activité ludique et mieux appréhender l'expérience early maker d'emlyon business school.

Manager par les émotions

Quelle est votre humeur du jour ? Et comment l'exploitez-vous dans vos fonctions ? Une question surprenante que nous avons adressée aux congressistes pour qu'ils prennent conscience de l 'impact de leurs émotions dans leur management et leur mode de collaboration. Les dirigeants ont même pu mesurer leur Quotient Emotionnel avec l'application QE Pro, créée par Christophe Haag, professeur en comportement organisationnel à emlyon business school.

Co-construire avec ses collaborateurs, ses clients, ses fournisseurs et son économie

Parce que la transformation d'une entreprise est l'affaire de tous, Enrique Nuñes, professeur en stratégie et organisation à emlyon business school, a travaillé avec une cinquantaine de congressistes pour savoir "Révéler le leadership de ses collaborateurs".

En parallèle, dans une autre salle d'atelier, Clément Levallois, Head of the  Data R&D Institute, a lui choisi d'aborder la question "Comment faire des data un patrimoine ?" aux côtés de Segeco, en illustration de la Chaire signée le soir même et qui réunit désormais les 2 partenaires autour de la thématique de valorisation économique du patrimoine de données des entreprises.

2 ateliers pertinents qui ont contribué à démontrer le pouvoir et l'importance du collectif à différents niveaux.

Hybrider les compétences, les intelligences et les cultures

Pour conclure cette journée, lors de la table ronde d'honneur, Bernard Belletante, Directeur Général d'emlyon business school, a permis aux dirigeants de prendre conscience de la réalité suivante :"Nous ne connaissons pas 85% des métiers qui existeront d'ici 2030 et c'est demain". Il a ainsi mis en garde les entreprises, les universités et les écoles sur les risques de recruter et de travailler sur des profils et des filières extrêmement définis.  "Dotons plutôt les personnes de compétences qui leur permettront d'être flexibles et de prendre des opportunités au moment où ces nouveaux métiers vont apparaître."

C'est justement dans cette démarche de soutenir des managers et dirigeants visionnaires qu'a été conçu le Certificat Transformation digitale des Organisations. Même s'ils ne sont pas digital natifs ou professionnels IT, notre rôle est de les aider à mieux appréhender la digitalisation et à propulser leur entreprise dans l'ère numérique. 

Revivez l'intégralité de la table ronde ci-dessous.