Pourquoi les entreprises rejettent-elles les lanceurs d’alerte ?

11.01.2017

Thierry Nadisic et Tessa Melkonian, professeurs à emlyon business school, ont reçu fin 2016 le Prix de la meilleure recherche francophone de l’année 2016 décernée par l’ Association francophone des chercheurs en Gestion de Ressources Humaines.

Les lanceurs d’alerte sont au cœur de l’actualité. Se pose tout particulièrement la question de leur employabilité future une fois qu’ils ont dénoncé. Comme l’illustrent le cas Luxleaks et les différentes publications sur le sujet (voir notamment l’ article de Patrice Cailleba sur The Conversation France et les travaux de Near et Miceli) les lanceurs d’alerte ont peu de chance d’être recrutés par une autre entreprise.

Retrouvez des éléments de l’étude de Thierry Nadisic et Tessa Melkonian, sur le site knowledge @emlyon, ainsi qu’un focus de Thierry Nadisic sur ce sujet ci-dessous.